Accueil » Actualité » Nouvelle règlementation pour les courtiers options binaires

Nouvelle règlementation pour les courtiers options binaires

Auteur :

Une nouvelle règlementation vient d’entrer en vigueur sur le marché des options binaires. La Securities and Exchange Commission Chypre (CySec) a en effet instauré récemment de nouvelles normes favorables aux clients, obligeant ainsi les courtiers à adopter des méthodes de fonctionnement plus équitables.

cysec-591x32024

C’est à travers une note circulaire que la CySec a dévoilé la nouvelle réglementation qui régira désormais le fonctionnement économique des sociétés légales proposant le trading d’options binaires. Une nouvelle norme dont les exigences nécessitent une mise à niveau des différentes applications de trading développées par les fournisseurs de logiciels de finances et actuellement utilisées dans l’industrie.

Le nouveau code impose un ensemble de règles que doit respecter tout service proposé par une société officielle de courtage d’options binaires. Ainsi, les brokers sont tenus de fournir à leur client le maximum de détails importants sur les contrats négociés afin d’assurer la transparence des opérations. Ce qui les oblige donc à adopter une méthode fonctionnement plus équitable vis-à-vis des clients.

La nouvelle règlementation imposant des modifications techniques majeures, les courtiers options binaires et les fournisseurs de logiciels de trading auront jusqu’à mi-juillet 2016 pour adapté leurs plateformes à la nouvelle norme imposée par la CySec.

Toutefois, le nouveau code ne s’applique pas aux options binaires d’une durée de vie de 30 secondes.

Priorité à la transparence

Les modifications introduites par le régulateur chypriote viennent en réaction aux nombreuses plaintes déposées par des clients européens auprès de leurs autorités locales. Face aux accusations, l’Autorité Européenne des valeurs mobilières des marchés financiers (AEMF) a été contrainte de saisir la CySec afin que des mesures permettant de garantir une meilleure transparence dans l’industrie soient adoptées.

En réponse, la CySec a donc imposé des exigences précises aux plateformes de trading. Le régulateur a notamment défini des règles strictes pour les actifs sous-jacents négociés par les clients. En pratique, la nouvelle réglementation permettra par exemple à un client qui trade sur le pétrole brut, pourra via sa plate-forme obtenir des informations complètes qui identifient et renseignent suffisamment sur le type d’actif sous-jacent négocié. Autrement dit, la plateforme est tenue d’afficher le libellé détaillé du contrat à terme (WTI Crude Oil juin 2016 NYMEX) en plus des prix du contrat qui sont habituellement disponibles.

Des changements dans la gestion des flux de prix

Hormis les actifs sous-jacents, la CySec a également imposé de nouvelles règles concernant les flux des cours. Sur ce point, les brokers qui n’affichaient initialement que le prix courant sont désormais obligés de diffuser des flux continus de prix incluant le spread (acheteur et vendeur), et ce jusqu’à la date d’échéance de l’option. L’écart entre le court acheteur et le cours vendeur sera donc visible en permanence et placé à côté du prix d’exercice de l’option binaire.

La CySec pousse encore la transparence plus loin en obligeant les courtiers d’options binaires à dévoiler sur les plateformes de trading, leur mode de calcul du prix d’exercice et les détails sur les prix des fournisseurs.

À échéance de l’option binaire, la plateforme devra diffuser un message pop-up dans lequel sont renseignés le prix d’exercice, le cours acheteur/vendeur ou le dernier prix de l’option (cas où le prix acheteur/vendeur est indisponible).

Un système d’annulation de transactions plus avantageux

La nouvelle règlementation fait la part belle à la protection des intérêts du client. Le système de réclamation s’est vu ainsi renforcé. Il permet désormais à un investisseur d’annuler un achat dans les trois secondes qui suivent s’il juge le prix d’exercice obtenu inéquitable.

Par ailleurs, si une société de trading propose à un client une offre de rachat de son option, elle doit lui expliquer la démarche adoptée pour établir les conditions du rachat.

Avec ces nouvelles règles plus strictes, les clients des maisons de courtage en ligne sont désormais moins exposés aux abus dont ils sont souvent victimes.